Aux candidats (es) à élection législative pour la communauté Algérienne en France

Face aux nombreuses candidatures opportunistes que nous constatons à la députation pour représenter des citoyens algériens en France, on ne peut rester silencieux ….

Où étiez vous quand nous étions seuls à s’insurgée contre la réforme de la constitution algérienne et son article 51 devenu 63 qui discrimine les binationaux de leurs droits ? Où étiez-vous quand nous étions la seule association à déplorer les « séquestrations, confiscations des passeports et du téléphone, violences, insultes, intimidations et menaces des citoyens algériens dans les 7 consulats d’Algériens recensés de 2013 à décembre 2015 ? Nous avons accompagnés plus de 17 victimes de violences pour régler leurs démarches administratives…

Où étiez-vous lorsque nous avons présenté le rapport accablant sur la situation des étudiants algériens ? Terribles conditions de vie, nous avons malheureusement recensé plus de 10 suicides depuis 2013 et l’indifférence totale des autorités algériennes à l’égard de ces ressortissants nous est particulièrement choquante.

Où Étiez-vous quand encore aujourd’hui nous sommes la seule association qui défend les intérêts de nos chibanis ceux qui ont tant contribué à l’histoire économique et sociale de notre pays d’origine surtout pendant la période de la décennie noire.

Où étiez vous, lorsque l’association fut la seule demander la prise en charge du rapatriement de dépouilles des citoyens Algériens décédés en France.

Où étiez-vous quand l’association ADDRA a demandé la reconnaissance des assurances automobiles européennes en Algérie.

Où étiez-vous quand l’association ADDRA a revendiqué depuis 2012 de mettre en place des tarifs du transport aérien et maritime de manière équitable pour laisser à ces milliers de citoyens de faire découvrir à leurs enfants leur chère patrie.

Alors Comment cautionner aujourd’hui une élection dont le but est de constituer une assemblée de députés qui a voté à la très grande majorité une constitution discriminatoire vis-à-vis d’une partie de la population algérienne? Pourquoi donner une légitimité à des parlementaires qui sont loin des problèmes rencontrés par la communauté?

Les commentaires sont clos.